Discographie

Il Sole non si Muove, un disque intemporel du groupe Rassegna chez Buda Musique

  • Coup de coeur de l’Académie Charles Cros – Création – Musique du Monde 2017

Pour espacer le temps

Il Sole non si Muove, un disque intemporel du groupe Rassegna chez Buda Musique - Zibeline

Musique « intranquille et voyageuse » du XVIe siècle, ainsi la qualifie l’historien Patrick Boucheron en introduction au nouveau CD du groupe Rassegna, Il sole non si muove, petit bijou enregistré au studio du théâtre Durance (Château-Arnoux) et produit par Buda Musique. Le XVIe ? Parce que, sans doute, les frontières entre musique savante et populaire ne sont pas aussi nettes qu’aujourd’hui ; les musiciens sillonnent les territoires, transportant avec eux un répertoire où les genres se côtoient, dans une époque comme la nôtre dans un entre-deux… Cette capacité à ne pas établir de distinctions a séduit Bruno Allary, âme de ce bel ensemble, qui refuse les cloisonnements qui « réduisent l’infini au binaire ». Le résultat, une incursion délicieuse qui nous mène de l’Angleterre élisabéthaine aux faubourgs de Tlemcen en passant par l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Bulgarie et la Provence. Quatorze pièces d’une sobre et virtuose élégance : Mireille Collignon et ses violes de gambe (basse et dessus), apporte avec ces instruments nés à la fin du XVe le parfum de la Renaissance ; Isabelle Courroy et ses flûtes kaval sourit de l’aventure et note le bonheur des « rythmes boiteux » ; Bruno Allary, qui passe de la guitare flamenca à celles classique, électrique ou baroque, soutenu par la basse électrique, la contrebasse ou le tar de Philippe Guiraud, se risque pour la première fois au chant, avec l’Ode sur la misère et la pauvreté de Bellaud de la Bellaudière en langue d’Oc, rauque comme la situation du poète enfermé dans les geôles de Moulin ; Fouad Didi au oud interprète Salouni ya Ahle el Hawa, exemplaire du genre musical arabo-andalou néo-classique Hawzi, originaire de Tlemcen au cours du XVIe ; s’unissent, enfin, en harmonies précises et inventives les voix superbes des trois chanteuses (aussi à la derbuka, au cajόn, ou au bendir) Sylvie Paz, Carine Lotta, Carina Salvado. Temps suspendu entre John Dowland et l’étonnant (et envoûtant) The Three Ravens de Ravencroft (sic)… Musique toujours contemporaine puisqu’intemporelle…

MARYVONNE COLOMBANI (Zybeline Mars 2017)

CONFLUENCE#1 – Isabelle Courroy, le souffle onirique des flûtes kaval. Un album Buda Musique

  • Coup de coeur de l’Académie Charles Cros – Création – Musique du Monde 2014

  • Bravos!!! de Trad Mag 

Les transmutations d’un souffle

D’apparence modeste et rustique – un simple tuyau percé de quelques trous –, le kaval n’est pas pour autant un instrument facile à manier, et il faut toute la délicatesse et la force de conviction d’une véritable artiste pour en maîtriser les ultimes subtilités. Ces qualités sont ici mises au service d’une inspiration kaléïdoscopique, sans cesse renouvelée au fil des pièces qui, comme les perles d’un rosaire, s’égrènent dans cet album aux mille orients.

Abreuvée aux sources pour l’essentiel turco-balkaniques de son instrument, Isabelle Courroy croit aux fulgurances de l’improvisation, dont émane l’essentiel d’un répertoire ensuite façonné par une lente alchimie faite de méditations solitaires et de fusionnelles connivences. Les Orients et les Occidents qui peuplent son imaginaire apparaissent toujours en filigrane dans ce voyage musical. À partir de ces références s’élaborent des rencontres, se tissent des complicités, se développe un discours musical créatif fait de coups de cœur, de timbres entrelacés, de mélodies jubilatoires et de rythmes lancinants. Ainsi portés aux nues, les souffles éoliens du kaval vous chamboulent l’âme pour mieux vous entraîner dans les volutes incandescentes de leurs mélopées enivrantes. Laurent Aubert

 

  • Victoires de la musique et Prix des discophiles au sein de Musicatreize pour « Llanto por Ignacio Sanchez Mejias », Maurice Ohana. (1991. Calliope)

 

 

  • Diapason d’or, ffff de Télérama, aux côtés de Françoise Atlan et Keyvan Chemirani pour les albums « Noches »et « Entre la rose et le jasmin », Françoise Atlan, « Romances séfarades » (1994 et 1995 /Musique du Monde/Buda Musique)

Ecoutes

  • Avec la Cie Rassegna :
    « Il sole non si muove » (2016/MCE/Buda Musique/Socadisc).

« Zaman Fabriq » (2011/MCE/Buda Musique/Socadisc).

  • Avec Canticum Novum
    « Aashenayi » (Ambronnay Editions 2015)

  • Avec le quintette AKSAK

« Les artisans du temps «  (2016/Absilone/Socadisc/Believe digital) Débordante de vitalité, subtilement mélancolique, la musique du septième album d’AKSAK chahute magistralement les catégories. Traditionnelle ? Improvisée ? Contemporaine ? Qu’importe, au fond, car elle est d’abord originale. Intégralement composée par les musiciens de l’ensemble qui sont restés sensibles à l’alchimie de timbre des musiques savantes du XXe siècle, on s’y enivre du parfum des terroirs balkaniques qui l’ont inspirée. Preuve, s’il en fallait, que les joies de l’aventure et de l’invention musicales sont parfaitement compatibles avec l’héritage fertile des traditions populaires, qu’on peut avoir les pieds solidement ancrés dans la terre et garder le pas alerte. Avec une qualité d’écoute et une connaissance rares des cultures de l’Orient européen, AKSAK capte la vibration précieuse de récits enfouis, de destins méconnus des peuples de l’ancien Empire Ottoman. Parce la musique est un mystère autant qu’un miracle, c’est la vie de tous les jours, simple et digne, parfois tragique, toujours noble, qui est convoquée dans les gestes habités de mémoire de ces cinq musiciens, saisis et unis par la puissance de cette tradition musicale, qui, en trente ans d’amitié, de voyages et de complicité musicale, les a si magnifiquement façonnés. Michaël Dian, directeur du Festival de Chaillol (Hautes-Alpes)

« Portraits » (2008/Buda Musique/Socadisc/Believe digital) )

« L’oreille du voyageur » (2005/Buda Musique/Socadisc)

« Noëls des Balkans » (2001/Collection Musiques du Monde/Buda Musique/Universal)

« Florina » (1999/Buda Musique/Mélodie)

« Les Oiseaux Migrateurs » (1996/ L’autre distribution)

« De l’Europe centrale à la Méditerranée Orientale » (1995/L’autre distribution).

  • Avec le groupe Panselinos :

« Kumpania Massalias »


  • Participations discographiques :

– Jean Louis Beaumadier : Postcards

 

 

 

 

-Patrick Bruel : « Lequel de nous » (2013/Sony music).

Les larmes de leur père

 

 

-Miquel Gil: « Eixos »

 

 

 

-Corine Milian :  » Soleils » & « Désirs »

 

 

-Michèle Fernandez : « Una mujer »

 

 

©IsabelleCourroy